K.O de 2011 : Les faits actuels déchargent Patrice TALON

février 15th, 2016 | by redaction
K.O de 2011 : Les faits actuels déchargent Patrice TALON
Actualités
0

 

A tort ou à raison, l’homme d’affaires Patrice TALON est accusé d’être l’auteur du K.O de 2011. Soit. A l’étape actuelle du processus électoral devant conduire à l’élection d’un nouveau Président de la République, les électeurs se rendent compte de nombreuses difficultés ou manœuvres. La bonne foi du gouvernement et de son Chef est mise à l’épreuve.

 

Talon PatriceDe cette impasse électorale créée, une leçon se dégage. Si Patrice TALON était encore proche du pouvoir actuel, il serait dare-dare désigné comme l’auteur de tout. Voilà qu’il est aujourd’hui un observateur lointain de la situation. C’est une preuve que Patrice TALON n’est pas l’auteur du K.O de 2011. Les vrais auteurs se connaissent. L’homme d’affaires est, sans doute, victime de son intelligence, de son talent et de sa fortune.

 

Avec le recul, les Béninois doivent grandement ouvrir leurs yeux. A la recherche de gain électoral à tout prix, des incultes pourfendeurs s’activent à présenter le candidat de la rupture comme l’auteur du K.O de 2011. Loin de chercher à accabler un homme, le K.O de 2011 est un cocktail de plusieurs erreurs exploitées à dessein par les courtisans du pouvoir. Certes, Patrice TALON n’a pas nié avoir apporté sa modeste contribution à Boni YAYI et à bien d’autres candidats. Qui l’a contredit ?

 

Pour la mémoire, il importe de rappeler les principales erreurs de l’opposition. Il est loisible à chacun d’en dégager, éventuellement, la responsabilité de Patrice TALON.

 

1 ▶ Evincement du député Epiphane QUENUM de la Présidence de la CPS/LEPI au profit du député Nassirou Arifari BAKO.

 

2 ▶ Appel de l’opposition interdisant à ses militants d’aller se faire inscrire sur la liste électorale.

 

3 ▶ Démission des députés de l’opposition membres de la CPS/LEPI. Cette  politique de la chaise vide qui a été suicidaire. D’autant plus qu’elle a permis aux autres membres restants et proches du pouvoir de tout organiser.

 

4 ▶ Ouverture du fichier électoral presque au dernier moment afin d’intégrer les oubliés et retardataires. Dès lors, feux verts au bordel ! La conséquence directe a été l’éparpillement des bureaux de vote.

 

5 ▶ Création des bureaux de vote non prévus. C’est le jour du scrutin que l’opposition, comme un somnambule, a constaté la salade russe. Trop tard. Comme consolation, le Président Boni YAYI a passé la pommade de PARDON à ses concitoyens.

 

6 ▶ Revirement spectaculaire du député Joachim DAHISSIHO le jeudi 13 janvier 2011 à la mouvance. Par son acte, le sort de l’opposition pour le contrôle de la CENA a été scellé. L’opposition avait obtenu 5 sièges et la mouvance 4 au parlement. Avec le représentant du gouvernement et celui de la société civile en la personne de M. Rigobert CHACHA, Boni YAYI avait déjà la machine de la CENA en main.

 

Telle est la vérité. Dès lors, il revient aux électeurs qu’on tente d’embrouiller de dégager la responsabilité de Patrice TALON dans chacune de ces erreurs et de conclure qu’il est effectivement ou non l’auteur du K.O de 2011. Si non, il faut gentiment rétorquer aux détracteurs: « Le disque est rayé. Ne le jouez plus ! »

 

25975 affichages au total 46 aujourd\\\'hui
J'aime cet article(0)Je n'aime pas(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *