Les couloirs d’un éventuel K.O. en 2016

janvier 9th, 2016 | by Justin AMOUSSOU
Les couloirs d’un éventuel K.O. en 2016
Editorial
0

 

Même si le léopard dort, le bout de sa queue ne dort pas. Ce proverbe africain devrait inspirer tous les Béninois et surtout les animateurs de la vie politique. Le K.O. de 2011 est-il propre ou non ? Répondre à cette légitime et récurrente question amène à s’interroger sur les erreurs du passé et surtout sur le conditionnement actuel au sein de l’opinion. Un conditionnement qui rappelle l’un des slogans forts de 2011 : « Premier tour, K.O ».

 

Loin de chercher à accabler un homme, le K.O de 2011 est un cocktail de plusieurs erreurs exploitées à bon escient. L’homme d’affaires Patrice TALON en est-il responsable ? A priori NON. « Contrairement à mon implication active dans la campagne 2006, je suis resté éloigné de l’organisation et du dispositif de campagne du candidat Boni Yayi en 2011. Je n’ai jamais mis pied au siège de campagne du candidat  Boni Yayi en 2011. » En homme responsable, il a ajouté avoir apporté sa modeste contribution à YAYI comme à tant d’autres.

 

Toutefois, il importe de remonter les faits à la surface des mémoires. Première erreur, l’opposition d’alors avait éjecté Epiphane QUENUM de la CPS/LEPI. Puis, tous ensemble, le dévolu a été jeté sur le député Nassirou Arifari BAKO. Mal leur en est pris. Deuxième erreur, les ténors de l’opposition avaient instruit leurs militants à ne pas se faire inscrire sur la liste électorale. La troisième et plus grave erreur, les députés membres de la CPS/LEPI ont opté pour la politique de la chaise vide.

 

Le quatrième acte suicidaire a été d’accepter, presque à la dernière minute, l’ouverture du fichier électoral afin d’intégrer les oubliés et retardataires. Dès lors, feux verts au  bordel ! La conséquence directe a été l’éparpillement des bureaux de vote. Ce qui a, sans doute, permis au pouvoir de prendre des dispositions dans ses fiefs au détriment de ceux de l’opposition. Entre autres, prévoir des bureaux de vote. Malheureusement, c’est le jour du scrutin que l’opposition, comme un somnambule, a constaté la salade russe. Trop tard. Le sort est déjà scellé. Même le pardon du Président Boni YAYI le 13 mars 2011 n’a rien changé. Le K.O a été consommé.

 

Puisque c’est le même fichier électoral qui a été utilisé pour les élections législatives, communales et locales, un autre couloir a été emprunté. Oui, il faut changer de fusil d’épaule. D’autant que tous les acteurs veillent désormais au grain. Mais c’est sans compter avec l’intelligence des thuriféraires du pouvoir.  La nouvelle astuce trouvée a été de ne pas distribuer à temps les cartes d’électeurs. Si en 2011, les bureaux de vote ont été éparpillés, pour les législatives et communales, ce sont les cartes d’électeurs qui ont éparpillées. Elles ont même été distribuées le jour du scrutin. Est-ce à dessein ? Tout compte fait, c’est une porte ouverte à la fraude.

 

CENAPour la présidentielle de 2016, le COS/LEPI a déjà livré la liste électorale à la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA). Soit. Le premier couloir du prochain K.O pourrait se trouver dans l’impression de nouvelles cartes d’électeurs. A cela s’ajoute sa distribution si elle ne se fait pas dans le délai imparti. A ce niveau, la CENA doit être surveillée comme du lait sur le feu. Sans oublier qu’il faut des brigades anti fraudes lors du vote et pour la centralisation des résultats de vote.

 

Après l’étape de la CENA, il faut un marquage à la culotte au niveau de la Cour Constitutionnelle. La décision rendue lors des législatives est un avertissement. La seule possibilité légale serait d’annuler des voix. Cela suppose qu’il faut former et faire former les militants toutes tendances confondues, les outiller pour sécuriser leurs voix.

 

Antoine de Saint-Exupéry a déjà prévenu : « La vérité de demain se nourrit de l’erreur d’hier, et les contradictions à surmonter sont le terreau même de notre croissance ».

 

Justin AMOUSSOU

 

 

 

1408 affichages au total 1 aujourd\\\'hui
J'aime cet article(0)Je n'aime pas(0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *